La Biodanza : son histoire

La Biodanza existe depuis à présent plus de 50 ans. Son historique se confond avec la vie de sont créateur, Rolando Toro Araneda (1924-2010).

 

L’intérêt de Toro se portait, depuis son jeune âge, sur la musique, la danse, la créativité et autres. Ceci l’a amené à des situations existentielles et professionnelles qui lui ont ouvert un espace, à un moment où la société, sortie de deux guerres, avait soif de se renouveler. L’ouverture à l’expérimentation, à l’innovation, à la recherche et surtout à la liberté ont probablement été des éléments marquants sur son parcours de conception de la Biodanza. Tout comme l'ont été les difficultés liées à un contexte politico social délicat au Chili.

 

Rolando Toro a pu, très tôt, appliquer l’utilisation de la musique et de la danse à des populations en milieu psychiatrique, dans le but d’humaniser les conditions de leur « internement » comme on dit d’elles. Très tôt, il s’est aperçu de l’effet de l’une et de l’autre sur leur humeur en général, sur leur sens de la réalité et sur leur capacité de communication.

 

Ce n’est que peu à peu qu’il a pu étendre cette application à des populations diverses sur la base du volontariat : des étudiants, des hommes et des femmes de tous âges, de toutes sensibilités, de tous besoins, de tous parcours sans que cela soit nécessairement lié à un mal être, à de la souffrance ou à d'autres accidents de la vie. Le simple désir de connaissance de soi et de l’autre était suffisant.

Son essor

La Biodanza existe à présent dans de nombreux pays où elle connaît un essor fulgurant. Elle répond à énormément de besoins communs aux êtres humains. Son application, ses fondements et sa méthodologie ont évolués comme tout système vivant évolue. Cette évolution la pousse à être toujours à la hauteur des besoins actuels. Ainsi, elle gagne en rigueur, en richesse, en adaptation et ce, sans jamais trahir son âme et le respect profond des valeurs de la vie et des êtres humains dans ce qu’ils ont de plus grand. Parfois même, au risque de ne pas correspondre à certains aspects de notre culture et de nos sociétés lorsque ceux-ci portent atteinte à la vie ou à l’individu dans son aspiration au bonheur.

 

De plus en plus dans le monde, avec tous les programmes initiés et mis en place par les « facilitateurs »  de Biodanza, on voit apparaître des programmes d’insertion de personnes en situations d’exclusion ; des projets sociaux de solutions aux situations de violence et aux ségrégations de toute nature. Ses champs d'application recouvrent le domaine de la santé, de l'éducation, de l'entreprise, du bien-être et plusieurs autres. La Biodanza suscite de plus en plus de curiosité et d’intérêt : elle constitue une approche riche en enseignement pour la réhabilitation de relations humaines harmonieuses et pleines de sensibilité. Déjà certaines universités proposent des programmes d'éducation biocentrique (une des applications de la Biodanza).

Plus près de nous

En Europe, de nombreuses écoles de formation de facilitateurs (professeurs) de Biodanza montrent un dynamisme et une vitalité grandissants, signe de la  place que la Biodanza peut occuper dans la transformation sociale et de sa contribution à l’amélioration de la vie des personnes et des institutions. Elle s’inscrit ainsi dans un vaste courant que l’on peut rassembler autour du concept d’écologie. Cependant, dans la mesure où y entrent aussi l’écologie des relations à soi, à l’autre et à la planète.

 

En France, la Biodanza existe depuis 1984, année où Hélène Lévy Benseft est invitée à animer le tout premier stage de Biodanza dans le sud de la France, près de La Garde Freinet. Sept personnes assistaient à ce stage. Dans la foulée, Veronica Toro et Raul Terren arrivent en Europe en Mars 1986 et donnent leur premier cours en France en Avril de la même année. La Biodanza commence alors son expansion en Europe (Suisse, Italie, Allemagne).

 

Aujourd’hui, grâce à la passion, à l’enthousiasme et à la détermination d’innombrables « biodanseurs », et de nombreuses personnes formées par Rolando Toro Araneda et par d’autres formateurs, le nombre de facilitateur en France seulement a dépassé les 200.

 

Ils sont organisés en une Fédération de Professionnels : la FPBFR (www.biodanzafrance.com)

et en de nombreuse associations régionales.

 

La pratique de la Biodanza pourrait un jour – c’est un espoir – être présente dans les écoles, les institutions et partout où l’être humain sentira le besoin de grandir dans ce qu’il a de plus noble : prendre soin de la vie sous toutes ses formes.